Débuter en equifeel

June 1, 2015

 

Vous venez de découvrir la discipline mais vous vous demandez par quel côté l’aborder ?

Dans cet article, nous y exposerons le matériel nécessaire (non obligatoire), ainsi que les exercices de bases utiles pour réussir les exercices d’equifeel.

 

Le matériel :

Le matériel se constitue d’une longe éthologique de 3,70m. Cette longueur permet de se placer à distance de son cheval, en position de sécurité.

Le stick (avec ou sans cordelette), prolongement du bras, rigide ne se plie pas et ne rebondit pas sur le cheval, ainsi cela ne le fouette pas.

Le licol, tressé avec des nœuds, agit sur des points particuliers afin de transmettre des demandes de plus en plus fines.

 

Le règlement :

Afin de connaître la discipline, je vous invite à lire le règlement ainsi que les dispositifs. Vous les trouverez sur ce site internet et sur le site internet de la FFE. (Lien)

 

Les exercices de base :

Une fois le règlement lu et plus ou moins assimilé, une fois les vidéos de tests visionnées, la question que tout le monde se pose est « mais par où commencer ??? ».

 

Pour débuter il faut commencer par vérifier que le cheval est à l’écoute et respectueux de son cavalier (ne le bouscule pas, ne lui marche pas sur les pieds…). Ensuite, il faudra acquérir quelques exercices de base dans le travail à pied : mobilisation des hanches, des épaules, céder à la pression …

 

Un exercice simple et qui permet de travailler la connexion : le mener.

Le cavalier et le cheval marchent ensemble, le cavalier au niveau de l’épaule du cheval. Ils doivent marcher à la même vitesse, le cheval ne doit ni dépasser son cavalier, ni se placer derrière lui, ni le bousculer. Un stick peut permettre de gérer cette proximité, soit en le plaçant devant le cheval si celui-ci va trop vite, soit à hauteur de la croupe pour donner du mouvement en avant.

Cela permet de vérifier si le cheval est respectueux et attentif à son humain.

Le couple évolue dans la carrière, alternant du pas rapide, du pas plus lent et des arrêts. Lorsque le cavalier décide de s’arrêter, il se redresse pour indiquer au cheval son intention et peut utiliser un code vocal ou le stick placé devant l’équidé par exemple. Le cheval doit s’arrêter en même temps que son humain et ne pas le dépasser.

 

L’autre exercice indispensable pour démarre est le reculer. Il s’agit à nouveau de vérifier que le cheval respecte la bulle de l’humain.

Le cavalier se place face à son cheval, pieds parallèles et bien ancrés au sol, le regard loin, les épaules droites. Dans un premier temps il faut savoir se contenter d’un simple report de poids, si le cheval n’est pas habitué.

Pour le faire reculer, il faut mettre une pression sur le poitrail ce qui va obliger le cheval à se reporter vers l’arrière. Dès que le cavalier sent son cheval déplacer son poids, ou encore mieux déplacer un pied vers l’arrière, il cesse tout contact, et se relâche. N’oublions pas que les chevaux sont sensibles à l’énergie que nous dégageons ! Lorsque nous voulons qu’ils s’éloignent de nous, nous devons faire appel à notre énergie, nous redresser. A l’inverse pour leur faire comprendre que nous n’attendons plus rien, il ne faut pas hésiter à souffler et à se décontracter, ce qui aura pour effet miroir la décontraction du cheval.

Une fois que le cheval a compris qu’il doit reculer, il n’y a plus de raison de le toucher Des vagues avec la longe, plus ou moins fortes selon la réponse apportée par l’équidé, ou un mouvement du stick devant le poitrail ou encore  la main du cavalier qui s’agite pour repousser le cheval, à vous de voir ce qui fonctionne le mieux ! Pour ceux qui visent un travail en liberté sans artifices, c’est le moment d’introduire un code gestuel ou un code vocal.

 

Un autre exercice important : la mobilisation des pieds.

Pour l’exercice du compas et du pivot, ou pour affiner ses demandes à distance, il faut savoir bouger les pieds du cheval. Vous pouvez le faire en touchant le cheval ou à distance avec la longe et/ou le stick.

Pour les hanches, placez-vous au niveau de l’épaule et déplacez-vous vers les hanches en dessinant un arc de cercle. Dans un premier, utilisez seulement votre regard et votre intention corporel. Si le cheval ne réagit pas, agitez le stick (ou la longe) vers les hanches. Dès le premier pas de désengagement, cessez toute demande et félicitez. Faîtes de même dans l’œil droit, puis progressivement augmentez le nombre de pas.

Pour les épaules, placez une main sur la joue et une main derrière l’épaule.  Agitez vos doigts, puis exercez une pression en cas de non réponse. Si le cheval avance, demandez-lui quelques pas de reculer.

 

Un cheval immobile, est un cheval attentif à nos demandes.

Avant de commencer un exercice (dans la zone de départ) ou pour le test du licol, il faut avoir un cheval immobile. Pour cela, un exercice simple à réaliser régulièrement : Placez-vous face à voir cheval, reculez de quelques pas en indiquant à votre cheval de rester immobile (geste, ordre vocal). Ensuite, vous pouvez reculer de plus en plus loin, vous déplacez sur les côtés, puis faire un tour entier. Si votre cheval bouge, n’hésitez pas à revenir aux étapes précédentes.

 

Faites lui en voir de toutes les couleurs !

Dans les exercices, votre cheval rencontrera divers objets : obstacles, rideau, rivière …. Plus vous habituez votre cheval à croiser des choses étranges plus il apprendra à gérer ses émotions face aux nouveaux objets.

Dans un premier temps, vous pouvez commencer avec le stick. L’important est le timing : caresser le cheval avec le stick, si le cheval bouge continuer la pression (en la réduisant si besoin), cessez dès que le cheval s’immobilise (et récompensez). Ensuite, faites bouillir votre imagination : bouteille, ballon de baudruche, rubalise, frites de piscine …

 

Ces exercices vont permettront de débuter en equifeel, toutefois, cette discipline se base aussi sur un ressenti et un bon sens de l’observation, afin de travailler en harmonie avec son cheval. Il ne s’agit pas d’un mode d’emploi à appliquer mais d’expériences à vivre, pas d’ordres à donner mais des demandes à proposer.

Il est évident que l’on attend un certain type de réponse de la part de son cheval, cependant il faut savoir observer ce que propose l’animal et ne pas rester sur une demande précise.

La première séance sera donc placée sous le signe de la tolérance, tant envers le cheval qu’envers soi. L’Equifeel est une danse, il convient de prendre le temps d’apprendre les pas, de ressentir la musique, avant de devenir exigeant.

Please reload

Article du mois

L'utilisation du licol

January 22, 2017

1/5
Please reload

Articles récents

January 22, 2017

Please reload

Archive
Please reload

Search By Tags
Please reload

Follow Us
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Email: equifeelpartage@gmail.com              

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now